En tant qu'animaux sociaux les ânes vivent en groupes, dont la grandeur et la structure sociale en liberté dépendent fortement de l'habitat, de la nourriture et de l'eau disponibles.

Chez les ânes vivant librement on peut observer aussi bien des groupes d'ânesses allant jusqu' à dix, des animaux généralement apparentés, que des groupes de jeunes célibataires. On peut voir aussi des groupes d'ânes moins structurés avec par moments jusqu'à cinquante animaux (ânesses et étalons). Les étalons adultes ont un comportement territorial. 

Un lien constant existe uniquement entre la mère et son petit. Il se termine normalement avec la naissance d'un nouvel ânon. Entre les ânesses adultes, il n'existe pas de hiérarchie reconnaissable. Cela veut dire qu'il n'existe pas de distribution des rôles précise pour la conduite du troupeau, pour se nourrir et pour boire. Une hiérarchie distinctement reconnaissable n'existe qu'entre les étalons, qui dominent par contre les ânesses et  les jeunes animaux.

Plus inhospitalier est l'habitat, plus lâche est la cohésion du groupe. Mais de nombreuses activités, comme manger, boire, fuir, se reposer, se rouler, excrémenter et uriner agissent de manière contagieuse sur les autres membres du groupe et favorisent par conséquent le choix de l'activité du moment ainsi que la cohésion du groupe.  
Les activités telles que se rouler... 
Les ânes possèdent un très bon sens de l'ouïe et de l'odorat ainsi qu'une excellente vue. 
La communication se fait au moyen du langage corporel, de mimiques et de manifestations sonores. Le braiment perceptible à des kilomètres, en particulier celui des ânes étalons, peut être compris comme l'adaptation à la vie dans des immenses régions territoriales. Urine et crottins (leurs emplacements) offrent des informations importantes. En plus de se frotter contre des objets solides et de se rouler, les ânes pratiquent aussi des soin du corps sociaux en se mordillant mutuellement, de préférence avec des partenaires fixes (généralement des animaux de parenté très proche) sur des régions du corps qu'ils ne pourraient pas atteindre eux-mêmes. 
La communication se fait au moyen du langage corporel, de mimiques...
 ... crottins (leurs emplacements) offrent des informations importantes 
Le comportement sexuel de l'âne est très différent de celui du cheval: avec de fréquentes poursuites, parfois agressives, de la femelle, les nombreux essais de saillies de la part de l'étalon ainsi que le comportement de défense des femelles qui ne sont pas en pleines chaleurs, le prologue prend plus de temps dans des conditions naturelles que chez les chevaux sauvages. Chez les ânes, le choix du partenaire est fait par la femelle qui va au-devant de l'étalon. 

Les ânons passent la majeure partie de leur temps à jouer, soit avec leur mère soit avec d'autres petits. Dans ces jeux ils essaient et montrent déjà presque tout le répertoire du comportement de l'adulte, particulièrement le comportement sexuel et de combat.

Dans les troupeaux d'ânes domestiques, les femelles n'étant pas utilisées pour la reproduction et les hongres peuvent se lier d'amitié solide et durable à l'intérieur du groupe. Si plusieurs étalons restent dans le troupeau, il faut s'attendre à des dégâts entre les étalons et parfois à des démêlés saignants s'il n'y a pas de possibilités de fuite. Il existe aussi des comportements d'étalons excessivement agressifs vis-à-vis des femelles, lorsque les étalons n'ont que très peu de femelles (2-3). Lorsque les conditions de maintien sont restreintes (surtout lorsque la place manque) les ânes en arrivent souvent à se mordre sérieusement, de même lorsque de nouveaux animaux sont introduits dans le troupeau. Cela peut être évité lorsque la place est assez grande et qu'il existe des possibilités de fuite. Selon les expériences il n'est pas possible de garder des groupes composés uniquement d'étalons adultes.
Comportement social

L'âne est adapté à un habitat dans des zones semi-désertiques et dans les déserts.
...boire... 
favorisent la cohésion du groupe